L'eczéma au travail

L'eczéma au travail : les causes et les solutions

L'eczéma au travail

Les métiers les plus fréquents

Certaines professions amènent à être plus facilement en contact avec des produits pouvant causer de l'eczéma, soit parce qu'ils sont irritants, soit parce qu'ils contiennent des allergènes. Ce sont surtout des métiers manuels.

Voici les types de métiers les plus associés à l'eczéma professionnel :

  • Coiffeurs
  • Personnels de santé : agents hospitalier, infirmiers, dentistes et personnel dentaire
  • Métiers du bâtiment
  • Métiers du nettoyage
  • Métiers de la métallurgie
  • Métiers de l’alimentation : boulangers, cuisiniers
  • Fleuristes, jardiniers
  • Agriculteurs
  • Vétérinaires

Que faire si l'on a un eczéma professionnel

Identifier l'eczéma

Eczéma de contact

L’eczéma professionnel est un eczéma de contact. La peau entre régulièrement en contact avec une substance à laquelle elle réagit anormalement. Il y a deux cas de figure :

  • eczéma allergique provoqué par les teintures, huiles industrielles, résines plastiques et colles, encres, peintures, métaux, plantes...)
  • eczéma irritatif lié à l’utilisation répétée de produits détergents, l’excès de savonnages ou de produits dégraissants...

La dermite de contact aux protéines

Focus sur cet eczéma répandu, mais sous-estimé, qui touche surtout les métiers de l'alimentation et ceux qui les activités en contact avec les animaux. Les protéines sensibilisantes peuvent être d'origine végétale (légumes, fruits...), animale (viandes, œufs, liquide amniotique de vache...), mais aussi champignons et enzymes. Deux exemples classiques : le cuisinier qui manipule du saumon, le boulanger qui utilise la farine, le vétérinaire qui aide à mettre bas… Le latex des gants de caoutchouc peut aussi être responsable de ce type d’eczéma.

La dermite relève à la fois d’une allergie immédiate (démangeaisons ou urticaire) et retardée : après quelques heures ou jours avec un eczéma.

Eczéma atopique

L’ eczéma atopique peut être déclenché ou aggravé par une activité professionnelle qui provoque une irritation. De plus, un eczéma de contact peut se surajouter à l’eczéma atopique. En effet, il est important de souligner, que les personnes ayant de l'eczéma atopique ont plus de chance de développer un eczéma de contact professionnel : il faut en tenir compte dès les premiers projets d'orientation professionnelle pour ne pas s'orienter vers un métier à risque qu'il faudrait ensuite quitter...

Le suivi médical

Comme il s'agit d'un eczéma de contact professionnel, votre médecin traitant ou le médecin du travail vous orientera vers le dermato-allergologue pour trouver la substance en cause. Pour cela, celui-ci vous soumettra à de nombreuses questions sur vos habitudes au travail pour identifier la substance qui cause l'allergie si c'est un eczéma allergique, ou l'irritant si c'est un eczéma irritatif. Il pratiquera ensuite des tests avec les substances suspectes. Il peut récupérer les “cartes d'identité” des produits utilisés auprès des fabricants (Fiches de Données de Sécurité) pour savoir s’ils contiennent des substances à risque allergique et orienter les tests en fonction.

Côté traitement, la crème à la cortisone (dermocorticoïdes) est le traitement de référence, comme pour tous les eczémas. On y associe un soin hydratant pour réparer la peau et, bien sûr, à la mise à distance de la substance en cause ! Pour les cas les plus sévères, d'autres traitements généraux de l'eczéma existent.

L'eczéma des mains : le plus fréquent en milieu professionnel

Un eczéma particulièrement douloureux

Si vous avez un eczéma des mains, il y a de grandes chances qu'il soit lié à votre métier : c'est le cas une fois sur deux. Un vétérinaire qui fait une allergie au liquide amniotique de la vache, un coiffeur qui réagit aux teintures capillaires ou encore un eczéma irritatif lié à des heures à faire la plonge en restauration... Sur les mains, l'eczéma peut être particulièrement douloureux et handicapant, tant on les utilise souvent. Ce type d’eczéma a tendance à durer et à devenir chronique voire sévère.

Le réflexe : les gants

Il faut bien se protéger les mains, et pas uniquement sur son lieu de travail. Pour toutes les tâches manuelles, vaisselle ou épluchage de légumes compris, on mettra ses mains à l'abri dans des gants pour prévenir ou éviter d'aggraver l'eczéma.

Le type de gants doit être adapté au cas par cas. Autre réflexe précieux : consulter le délai de pénétration des solvants/ingrédients chimiques sur le site de Shield Scientific.

Changez régulièrement vos gants, car ils deviennent poreux une fois usés, et ne pourront plus remplir le rôle de protection. Il ne faut pas non plus les porter trop longtemps car la peau en dessous devient trop humide. Après 20 à 30 minutes, il faut mettre une autre paire. En cas d’eczéma important on peut mettre des gants en coton sous les gants de plastique ou de caoutchouc.

Impact professionnel

Maladie professionnelle et prise en charge

Parce qu'il peut engendrer des arrêts de travail répétés ou des demandes de dispositions spécifiques, l'eczéma professionnel peut être source de tensions ou de conflits avec l'employeur.

Renseignez-vous sur vos droits, car ils sont plus nombreux qu'on ne l'imagine souvent, avec notamment dans certains cas la possibilité d’une Reconnaissance de Qualification en Travailleur Handicapé (RQTH) ou reconnaissance de maladie professionnelle (tableau 65 du régime général de l'Assurance Maladie et au tableau 44 du régime agricole).

Des solutions, avant la reconversion

Dans les cas les plus sévères et les plus chroniques, la réorientation professionnelle peut être recommandée, parfois même elle peut être prise en charge avec un projet de formation.

Mais un eczéma professionnel ne conduit pas toujours au changement de métier. Des solutions permettent souvent d'éviter d'en arriver là, comme un simple aménagement du poste de travail, ou des précautions comme le port de gants.