Microbiome intestinal et eczéma

Le microbiome intestinal et eczéma : intérêt des probiotiques ?

Microbiome intestinal et eczéma

Le microbiome, ou microbiote est le nom actuel des êtres vivants à la surface de notre peau, de notre intestin, de nos poumons, de la bouche… Mélange incroyable de bactéries, virus et champignons, nous ne pourrions pas vivre sans eux et inversement. 10 millions au cm² sur notre peau, 100 000 milliards pour notre seul tube digestif ! Ces microbiomes sont indispensables pour le bon fonctionnement de notre système immunitaire.

Il était donc logique de se questionner sur une anomalie ou un dérèglement de ces microbiomes dans une maladie inflammatoire telle que la dermatite atopique, dans laquelle les systèmes immunitaires (inné et adaptatif) font un peu trop de zèle.

Les découvertes récentes sont nombreuses pour mettre en lumière dans la dermatite atopique :

  • Un lien entre un déséquilibre du microbiome de la peau et une perturbation du système immunitaire de la peau, créant ainsi un couple au niveau de la peau
  • Un lien entre un déséquilibre du microbiome de l’intestin et une perturbation du système immunitaire de l’intestin, créant ainsi un couple au niveau de l’intestin
  • Un cercle vicieux entretenu par l’inflammation elle-même au niveau de chaque couple
  • Et surtout un lien entre le couple de l’intestin et le couple de la peau !

Autrement dit : Le déséquilibre du microbiome intestinal peut déclencher des poussées d’eczéma

 

Quels phénomènes peuvent déséquilibrer ces microbiomes, tout déséquilibrer et donc être à l’origine des poussées de dermatite atopique ?

Ils sont nombreux, surtout dans notre monde moderne :

  • Des facteurs génétiques
  • L’alimentation
  • Les médicaments et en premier lieu les antibiotiques
  • L'accouchement par césarienne
  • Les habitations ou lieux de vie, souvent urbains, trop propres
  • Un air ambiant trop pollué
  • Le stress

 

Le dénominateur commun de tous ces déséquilibres est l’appauvrissement de la biodiversité des microbiomes, aboutissant à une domination d’une espèce sur les autres.

Ce phénomène se remarque autant sur la peau que dans le tube digestif :

  • Domination du staphylocoque doré sur la peau atopique, expliquant les épisodes de surinfections avec des croutes un peu jaunes sur la peau.
  • Quasi disparition des lactobacilles dans le microbiome digestif au profit d’autres bactéries mais aussi diminution des bactéries de façon globale par rapport aux autres groupes

 

Que peut-on faire pour éviter ou réparer le microbiome intestinal, donc agir sur l’eczéma ?

  • Mieux manger : éviter le sucre rapide, raffiné et les graisses saturées. Pour le sucre rapide, cela concerne les sodas, les céréales du petit déjeuner, les bonbons, les gâteaux …Pour les graisses saturées, cela concerne toute la cuisine industrielle, la viande rouge trop fréquente ( 1 à 2 fois par semaine est suffisant ) et ce qui est communément appelée la malbouffe
     
  • Lorsqu’un traitement par antibiotiques est nécessaire, ne pas hésiter à prendre des compléments alimentaires à base de fer, de manganèse et de cuivre, dans les doses adaptées à l’âge, tout l’hiver
     
  • Réparer la flore intestinale par la prise régulière de probiotiques adaptés à la dermatite atopique. Les probiotiques sont les bonnes bactéries, les lactobacilles qui sont en quantité insuffisante dans la dermatite atopique. Trop souvent, les probiotiques sont recommandés pour «booster » l’immunité pour ne pas être malade l’hiver. Le système immunitaire de la dermatite atopique n’a pas besoin d’être «boosté » il en fait déjà trop. Il faut donc les souches de probiotiques adaptés à la dermatite atopique. (lactobacilles rhamnosus GG). D’autres souches sont en cours d’identification et il est certain que les recommandations actuelles évolueront dans l’avenir. L’efficacité des probiotiques pris pendant la grossesse et l’allaitement pour prévenir la survenue de la dermatite atopique chez le bébé a été démontrée scientifiquement.
    A prendre pendant la grossesse, l’allaitement, chez le bébé, dans les familles à risque ou pas, et après chaque prise d’antibiotique
     
  • Soigner sa digestion, c’est-à-dire éviter les ballonnements, les douleurs abdominales, les diarrhées … Tous ces phénomènes agressent la paroi de l’intestin grêle et l’enflamme. Tout ce qu’il ne faut surtout pas ! C’est là qu’il faut diminuer la quantité de lait et diminuer la quantité de gluten. Faites le test sur un mois, si cela vous fait du bien, continuez à en manger moins, si cela ne vous fait rien, reprenez vos habitudes précédentes.
    Soigner sa digestion, c’est aussi réparer la paroi de l’intestin grêle qui aurait pu être irritée par une mauvaise alimentation et une mauvaise digestion. Cette « réparation » est possible grâce aux prébiotiques. Ce sont des fibres végétales, c’est-à-dire des fruits, des légumes. Ils servent aussi d’engrais pour les probiotiques. Ils sont souvent prescrits ensemble.
    Prendre des pré et/ou probiotiques sans réguler l’alimentation et sans prendre soin de sa digestion n’a aucun intérêt !

Les points forts

L’équilibre du microbiome intestinal est majeur pour l’équilibre du système immunitaire de la peau.

Cet équilibre peut être détruit par l’alimentation trop sucrée, trop grasse, les antibiotiques, mais aussi le stress.

Le maintien de cet équilibre doit être pensé de façon globale :

  • Manger moins de sucre rapide, manger plus de fruits et légumes frais, de saison,
  • Lutter contre les ballonnements en réduisant le lait de vache et le gluten,
  • Prendre des probiotiques à chaque prise d’antibiotique.

Par le Dr Magali Bourrel-Bouttaz - Dermatologue à Chambéry

Alimentation
Eczéma, quel lait donner à bébé ?
Lire plus
Alimentation
Diversification alimentaire du bébé à risque atopique
Lire plus
Alimentation
Cuisine thérapeutique : recettes à réaliser pour l’été
Lire plus