La sexualité et l’eczéma

La sexualité et l’eczéma

La sexualité et l’eczéma

L’étude ECLA (Eczéma cohorte longitudinale adulte)* menée par l’association française de l’eczéma, révèle que l’eczéma perturbe la vie sexuelle de 70% des patients et réduit la libido des trois quarts d’entre eux.

Les douleurs des lésions, le regard que l’on porte sur notre peau et le fardeau des soins liés à l’eczéma peuvent être des freins à une sexualité épanouie. C’est pourtant un des piliers du bien-être personnel.

La sexualité est souvent l’oubliée des consultations médicales car elle relève de l’intime et de certains tabous. Pourtant elle peut contribuer au bien-être de la personne.

Je n’ai plus envie de faire l’amour

La libido est impactée par le contexte de notre vie. Le corps met son énergie au profit de ce qui en a le plus besoin : nos organes vitaux. Alors la libido est un peu une case Bonus comme l’expliquent Hannah Livage ostéopathe et Chloe Romengas illustratrice d’ouvrages qui vulgarisent la santé dans leur BD en ligne.

Il est donc parfois naturel que les personnes atteintes d’eczéma n’aient pas envie d’avoir de sexualité. La charge mentale qu’incombe l’eczéma, son impact sur notre sommeil et sur notre niveau d’énergie, l’inconfort des lésions, la douleur ou encore l’image de soi peuvent affecter la libido.

Pourtant les injonctions sociales peuvent pousser à culpabiliser. Les douleurs et l’absence de libido peuvent aussi faire disparaitre la confiance en soi, l’estime de soi, le bien-être, le désir de l’autre…

La baisse de désir peut aussi concerner le partenaire : la peur de faire mal, la peur de fatiguer l’autre, de recevoir un refus, de paraître déplacé. La place d’aidant en participant à certains soins, en voyant l’autre épuisé ou dans la douleur peuvent contribuer à la baisse du désir.

"C’est ok d’avoir envie."
"C’est ok de ne pas avoir envie."

La sexualité peut donc créer une zone de déséquilibre dans le couple. Comment y remédier ?

Comment avoir une sexualité avec l’eczéma ?

Soigner la peau

De nombreuses personnes ont baissé les bras face aux traitements. Les échecs à répétition, le retour de crise, les conseils trop nombreux ou encore débuter des démarches que l’on arrête plus ou moins rapidement sans résultat ont raison de leur espoir à trouver une solution.

Pourtant, avec un accompagnement thérapeutique global, il est possible de vivre une vie plus douce avec de l’eczéma.

En ayant une peau plus saine, moins d’inconfort et un sommeil de meilleure qualité, nous boostons notre estime de nous-mêmes, et retrouvons l’envie de partager des moments d’intimité.

Adapter le quotidien

Privilégier des sous-vêtements en coton, des draps en coton, se laver à l’eau ou avec des huiles lavantes sans savon, adaptées aux peaux atopiques. Prendre une douche fraiche pour calmer les brûlures après les rapports et refaire ses soins.

Les dermocorticoïdes d’intensité moyenne peuvent être appliqués sur les zones génitales.

Choisir une contraception adaptée

Certaines femmes observent un impact de leur contraception sur leur peau. Il est donc essentiel d’en parler à votre sage-femme, gynécologue ou encore votre généraliste pour trouver la contraception qui vous convient le mieux. Vous n’êtes pas seul(es) et des solutions ont été créées pour soulager le quotidien des personnes qui souffrent de problèmes de peaux.

Utiliser du gel intime peut également faciliter les rapports intimes, n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien(ne) pour trouver des produits qui respectent votre intimité et votre peau.

Communiquer autour des besoins de chacun

Une communication ouverte avec son partenaire permet d’expliquer nos difficultés. Notamment exprimer que l’eczéma n’est pas contagieux, que la transpiration peut empirer les lésions et que cela est douloureux, que certains frottements ne sont pas supportables…

Apprendre à dire non, à poser ses limites est plus facilement compris avec des explications honnêtes et en s’ouvrant à l’autre.

La douleur peut entraîner des mécanismes de défense du corps (notamment la vulvodynite chez la femme, ou une impuissance). Comme l’eczéma, les causes peuvent être multifactorielles. Pourtant ces douleurs, qu’elles soient d’ordre sexuel ou corporel peuvent être soulagées avec un traitement adapté.

Le sentiment d’être seul, la peur de perdre l’autre si on ne le satisfait pas. C’est donc l’occasion de verbaliser son vécu, d’écouter le vécu de l’autre. On peut ensuite choisir d’accepter que la situation est comme cela pour le moment, ou de créer une nouvelle sexualité pour répondre aux besoins de chacun et ranimer ce pilier d’épanouissement.

Co-créer une nouvelle sexualité

Dans l’inconscient collectif, sexualité signifie pénétration. Pourtant il existe tout un tas d’autres pratiques qui constituent la sexualité, et elle est propre à chacun.

La relaxation peut permettre d’atténuer les démangeaisons, de détendre le corps dans sa globalité et de retrouver le lien à l’autre. Se concentrer sur les zones qui sont saines ou apportent du plaisir peut être un moyen d’orienter les caresses et de créer une complicité avec l’autre.

Dissocier l’amour de la sexualité : ne pas avoir envie, ne veut pas dire qu’il n’y a plus d’amour. Il peut y avoir du respect, de la tendresse, de l’affection, du soutien, du partage, de la complicité.

Faire appel à un thérapeute

On peut avoir envie de retrouver l’envie, sans savoir comment s’y prendre. Certains thérapeutes peuvent vous aider comme des sexologues, mais aussi le dermatologue. C’est son métier de vous proposer des soins qui vous soulagent, et de libérer la parole sur ce qui vous pèse. Il peut aussi diagnostiquer des troubles comme la vulvodynie et vous orientez vers des consultations de kinésithérapie adaptée pour soulager la douleur et réduire l’appréhension.

Parfois, l’eczéma ou les douleurs sont aussi des mécanismes de défense pour éviter les rapports sexuels ou le contact avec l’autre.

Les thérapies comportementales et cognitives peuvent permettre de comprendre les mécanismes psychologiques qui sont associés à la maladie.

"Les moments de bien-être sont des alliés pour réduire les répercussions psychologiques de l'eczéma."

Camille Vorain, patiente-experte et auteure du blog www.holaeczema.fr

Bien-être
L'impact psychologique de l'eczéma atopique est réel
Lire plus
Bien-être
Eczéma et mauvais sommeil : quelles conséquences et comment mieux dormir ?
Lire plus
Bien-être
Eczéma atopique et émotions
Lire plus